Cercle Inter Universitaire
 

 [Articles et vidéos]  [Présentation]   [Charte pour les membres et les invités]

Lundi 22 mai 2016 - Conférence de Heinz Wismann
Le post humanisme 
au regard de la philosophie
L'enregistrement sonore de la présentation n'est pas disponible. Vous trouverez ci-dessous son relevé.


Présentation de Heinz Wismann

Heinz Wismann est né à Berlin en 1935. Helléniste, philologue et philosophe, il est spécialiste d’herméneutique (science de l’interprétation) et d’histoire des traditions savantes, soit, en termes plus prosaïques, historien des sciences et des idées. A ce titre, il est depuis une quarantaine d’années Directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris.

En tant qu’Helléniste, ami de Jean Bollack, son nom a longtemps été associé à l'École de Lille. Dans ses différentes fonctions (enseignement, édition, conseiller au Ministère de la Recherche, membre de divers comités éthique), Heinz Wismann n’a cessé d’interroger les fondements et les contradictions des traditions intellectuelles sur lesquelles repose la complexité de notre monde actuel.

Revisitant la pensée antique (Parménide, Héraclite, Démocrite, Platon), aussi bien que des post-kantiens comme Humboldt, Schleiermarcher, Dilthey, Cassirer, Benjamin, Heinz Wismann apporte un éclairage nouveau sur leur pensée et sur les mécanismes par lesquels une tradition se sédimente et innove. Plus largement, Heinz s’interroge sur les conditions de production d’une théorie de la connaissance historique. C’est pour cette raison que dans les années 70 (sous la présidence de Robert Le Goff et François Furet), alors qu’il était enseignant à la Sorbonne, on lui a proposé un poste de directeur d’études à l’EHESS : il lui était demandé de diriger un séminaire sur les conditions de production d’un discours réflexif sur les savoirs constitués dans les diverses disciplines enseignées.

De manière surprenante, Heinz Wismann a mis en évidence que l’origine du matérialisme avait été mal interprétée, notamment par Aristote, parce que l’on a prêté à Démocrite une pensée matérialiste. Or, pour Démocrite, les atomes ne sont pas des corpuscules (au même titre que les molécules de Monsieur Dalton ou des atomistes du 19è siècle).

Pour Démocrite, l’atome a 3 propriétés principales :

-          Rusmos (rythme)

-          Tropè (ce qui change d’orientation)

-          Diathigè (toucher traversant)

Ces 3 concepts sont réinterprétés par Aristote comme :

-          Morphè (forme) => schèmata (contour)

-          Thesis (position)

-          Taxis (ordre)

Les 3 concepts d’Aristote sont statiques (en relation avec l’espace) quand ceux de Démocrite traduisent le mouvement.

ð  On retrouve donc chez Démocrite, l’architectonique à trois plaques chère à Kant, avec de surcroît, et de manière tout à fait inattendue, la notion de superposition propre à la physique quantique.

En tant que passeur entre l'Allemagne et la France, Heinz a créé la collection « Passages » aux Éditions du Cerf de 1986 à 2007. Le nom de collection est un hommage à Walter Benjamin (qu'il a introduit en France). Il sous-tend l’idée que la complexité du monde actuel n’est intelligible que si l’on a recours à un décentrement rigoureux des disciplines et des traditions savantes et nationales observées.

Le livre de Heinz qui doit sortir en septembre « Ultime atome » aborde notamment l’idée que la phrase de Démocrite qui dit que « l’être n’existe pas plus que le néant »

L’être (den - éant) n’existe pas plus que le non être (neden - néant) selon Démocrite: le « den » n’est pas un mot, c’est ce qui subsiste quand la négation s’est niée : la positivité qui subsiste n’est rien d’autre que ce qui reste quand le néant « neden » s’est retiré.

rejoint la question du boson de Higgs qui, tout en ayant une masse, est à cheval sur l’immatériel – c’est-à-dire l’information au sens mathématique –  et sur le monde physique tel que nous le connaissons (tel qu’il est accessible par l’expérience).

Aujourd’hui, Heinz Wismann qui est également membre de divers comités d’éthique dont ceux des instituts suivants :

-          INRA : Institut national de la recherche agronomique fondé en 1946, actuellement présidé par François Houllier.

-          IFREMER : Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer fondé en 1984 issu de la fusion entre le Centre National pour l'EXploitation des Océans (CNEXO) et l'Institut Scientifique et Technique des Pêches Maritimes (ISTPM).

-          CIRAD : Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement fondé en 1984.

va nous permettre de nous interroger sur les conditions de production d’un discours sur le transhumanisme.

R.C.

Œuvres et directions d'ouvrages

    Héraclite ou la Séparation, en collaboration avec Jean Bollack, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1972. [Livre de référence]

    La Réplique de Jocaste : sur les fragments d'un poème lyrique découverts à Lille, en collaboration avec Jean Bollack et Pierre Judet de la Combe, Villeneuve-d'Ascq, Publications de l'Université de Lille III, Paris, Maison des sciences de l'homme, 1977.

    Philologie et herméneutique au xixe siècle 2, éd. par Mayotte Bollack et Heinz Wismann, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 19832.

    (éd.), Walter Benjamin et Paris, Paris, Le Cerf, coll. « Passages », 19863.

    L'avenir des langues : repenser les humanités, en collaboration avec Pierre Judet de la Combe, Paris, Le Cerf, coll. « Passages », 2004.

    Les avatars du vide. Démocrite et les fondements de l'atomisme, Paris, Hermann, coll. « Le Bel Aujourd'hui », 2010. [Livre de référence]

    Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque des Idées », 2012, (ISBN 978-2-22-620896-5). Prix européen de l'essai Charles Veillon 2012.

 

A suivre…

Une initiation universaliste aux cultures et aux valeurs sociétales, scientifiques et ethiques

Pour tout renseignement, Pierre Chastanier (Président), 5 avenue de Messine, Paris 8ème