Cercle Inter Universitaire
 

 [Articles et vidéos]  [Présentation]   [Charte pour les membres et les invités]

Avec ou sans amalgame !

Par Pierre Chastanier

Le tragique massacre de Nice (84 morts parmi lesquels 20 musulmans) fait dire aux uns « Pas d’amalgame » tandis que d’autres crient « Sus à l’Islam ».

Le massacre d’un prêtre quelques jours plus tard ajoute théâtralement au sordide !

Certes les morts innocentes sont les mêmes, écrasées par un camion à Nice, noyées en Méditerranée en voulant fuir un pays en guerre,  explosées en dommages collatéraux par un drone lancé du fin fond du Texas, égorgées comme ce couple de gendarmes devant leur enfant…

Les politiques qui n’ont pas su prévenir ni dans nos banlieues, ni hors de nos frontières les dangers qui nous menacent se massent devant les caméras, les uns pour prouver qu’ils ont fait tout ce qui leur était possible, les autres pour vilipender leurs adversaires dans la perspective des futures batailles des primaires !

De nombreux éditorialistes ont publié leurs analyses. Mais c’est vrai qu’on n’a guère entendu la voix des initiés !

Je dirai tout d’abord à certains de nos amis qui se disent humanistes qu’ils se fourvoient en diffusant des mails appelant à la haine raciale et au rejet catégorique de l’Islam, deuxième religion de France qu’on le veuille ou non.

Une vision simpliste de cette religion propagée dans nos mosquées, lors de prêches enflammés, par des imams salafistes autoproclamés à la solde de certaines royautés du Golfe que par ailleurs nous décorons, encensons, et flattons tant et plus, ne traduit que notre incapacité de faire respecter sur notre territoire les valeurs de la République.

Les signes de communautarisme que nos politiques acceptent pour plaire aux électeurs au pays de l’intégration (voiles, minarets, horaires de piscine…) n’ont aucune authenticité coranique. Le Prophète de l’Islam priait en babouches, dans le désert, et sa propre femme Aïcha ne se voilait pas !

Une jeune étudiante à qui on demandait : « Mais pourquoi vous voilez-vous ? »,  répondit « Mais si je ne suis pas voilée comment saura-t-on que je suis musulmane ? »

Religion de l’être ou du paraître ?

Les musulmans de France doivent selon les préceptes coraniques respecter les lois et les coutumes du pays qui les reçoit et de nombreux Imams de grande qualité morale et intellectuelle comme celui de la Grande Mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou, ne manquent pas de leur rappeler. 

Nous pouvons donc vivre ensemble en bonne intelligence au pays de la Laïcité.

Un deuxième volet géopolitique nous oblige à rappeler que François Mitterrand lors de la première guerre du Golfe, Nicolas Sarkozy en Libye, François Hollande au Mali et en Syrie ont bien imprudemment joué aux apprentis sorciers.

Sans défendre un seul instant de réels dictateurs comme Saddam Hussein (bien pratique pour les Américains quand il faisait la guerre à l’Iran), Mouammar Kadhafi (qu’on recevait quelques mois plus tôt sous sa tente caidale à l’Hôtel Marigny) ou Bachar El-Assad (invité au défilé du 14 juillet), on voit dans quel état une politique inconsciente à laquelle nous nous sommes souvent rattachés (sauf au cours de la seconde guerre d’Irak où grâce à la clairvoyance de Chirac il n’y eut pas d’attentats sur notre territoire) a laissé des pays exsangues en proie au radicalisme de Daech où plus de 500.000 morts dont beaucoup d’innocents réclament vengeance contre l’Occident !

L’Etat Islamique a vite compris qu’en manipulant à distance sur le  Deep Web, l’Internet criminel, les paumés des banlieues parmi lesquels de vrais psychopathes laissés en liberté par des structures sociales inconscientes ou des juges débordés peut-être trop laxistes, on pouvait revendiquer après coup, des actes terroristes lancés dans le plus strict anonymat, donc difficilement prévisibles, par des kamikazes sans grands moyens qui ne savent même pas que l’Islam auquel ils prétendent se référer interdit le suicide ! 

Que faire alors ?

D’abord constater « l’état de guerre contre le terrorisme » et nous défendre avec les armes adaptées à la situation et l’appui de toute la population tout en rappelant comme disait Albert Einstein « qu’on ne peut maintenir la paix par la force et que seule la compréhension mutuelle permet d’y arriver ».

23000 policiers et gendarmes sont dans la rue parfois à bout de forces : 5000 de plus ne changeraient guère la situation (50 de plus par département !)

Il faut favoriser  le recrutement et l’infiltration de jeunes policiers issus de l’immigration, formés aux techniques du renseignement, être constamment présents dans les mosquées et les cercles de propagande, offrir à ces jeunes volontaires qui prennent de grands risques des carrières valorisantes une fois leur mission achevée.

Il faut bâtir des villages de réinsertion où, sous bonne garde, des jeunes contaminés, Français de souche ou issus de l’immigration, pourront être rééduqués par des imams responsables et érudits jusqu’à ce qu’ils puissent retrouver leur place dans la société.

Il faut surtout prévenir, et la tâche sera de longue haleine, en rétablissant, dans les familles d’immigrés, un sentiment de confiance et de fidélité envers le pays d’accueil, par l’éducation, dès la maternelle, de ces enfants mal aimés en dotant les quartiers difficiles des moyens nécessaires pour restaurer une vraie égalité des chances.

Il faut que la France de culture judéo-chrétienne, réapprenne à ces déracinés, quelle que soit leur origine le rôle qu’a joué au Moyen âge la culture arabo-musulmane[1] qui nous a fait redécouvrir les philosophes grecs, qu’ils sachent que le théorème de Pythagore a été généralisé par Al-Kashi , ou que Nasir-ad-Din, bien avant Copernic , a découvert l’héliocentrisme… que leur culture d’origine a eu ses heures de gloire et qu’ils ne doivent pas aujourd’hui la laisser s’enfermer dans un retour désespéré au fanatisme théocratique.

Il faut que la France comprenne que désormais notre pays ne doit s’impliquer, avec vigueur,  dans des opérations militaires que dans le cadre de la défense de son territoire ou du territoire de l’UE, s’il est attaqué ou sous l’égide et dans le cadre des décisions de l’ONU dont elle est un des membres du Conseil de Sécurité si celle-ci, soutenue par les grandes puissances peut enfin faire respecter ses résolutions.


[1] Les berbères d’Afrique du Nord appartiennent d’abord à la civilisation judéo-chrétienne préislamique qui pendant 14 siècles a dominé le bassin méditerranéen. En font partie Saint Augustin, Septime Sévère et bien d’autres

Après l’invasion arabe, l’islamisation a permis la diffusion vers l’Europe à travers l’Espagne des connaissances arabo-perses qui ont permis la traduction à partir de l’arabe et du farsi des textes des philosophes grecs et des savants (médecine, sciences, astronomie, mathématiques) du Moyen Orient

Les élèves des banlieues issus de l’immigration nord-africaine peuvent donc à double titre se retrouver dans ce rétablissement de la vérité historique en se souvenant qu’à Paris les burnous de l’Islam médiéval n’étaient pas présents sur les chantiers de construction mais dans les bibliothèques de la Sorbonne.

Pierre Chastanier

A suivre…

Une initiation universaliste aux cultures et aux valeurs sociétales, scientifiques et ethiques

Pour tout renseignement, Pierre Chastanier (Président), 5 avenue de Messine, Paris 8ème